Big Data et Intelligence Artificielle pour le droit

Une première étude d’impact montrerait l’arrivée de dossiers volumineux générés en un seul clic qui impacterait la marge des professionnels de droit qui ne disposerait pas de système automatisé d’analyse et de prise en charge de la lecture de plusieurs Giga de pièces et conclusions reçues.

Le second impact serait le même problème de lecture de conclusions « Bigifiés » côté juge. Si vous lisez l’évangile il y a le cas d’une veuve qui obtient gain de cause en importunant un juge avec comme recommandation « demandez et vous recevrez ».
Ces termes peuvent convenir.
Pour des raisons d’équité et de droit à contredire sans être noyé par les flots « streams »,
je préconise un language graphique pour les professionnels de droit en sortie et en entrée des outils d’analyse fastidieuse qui propose des lignes, stocké crypté, comme ceci :

lignes
lignes

Si ce projet vous intéresse n’hésitez à investir d’une façon ou d’une autre sous forme d’idées, de cadrage (liste des données à intégrer) sachant que dessiner des petits carrés interactifs n’est pas difficile du point de vue technologique, le problème est à l’ ‘alimentation qualitatif’.
Qu’est ce que l’alimentation qualitatif?
Cela consiste à donner une signification dynamique à une donnée dans un contexte multi-dimensionnel : temps, espace , cadre juridique, pays,…etc

contactez-moi ici
Tiaray RAFARALAHITSIMBA Ingénieur Conseil